2009 - ENTRE TERRE ET EAU OU COMMENT C'EST DE MOURIR UN PEU, Amiens (France)

Random work from Rosella Fida | Performances/Installations | 2009 - ENTRE TERRE ET EAU OU COMMENT C'EST DE MOURIR UN PEU, Amiens (France)
1/17

Au travers de ce travail je veux parler du voyage de la vie. Ma performance se construit autour de la peur de l’inconnu, la re-naissance et l’espoir. Entre terre et eau. Entre vie et mort. Je cherche à exorciser toute forme de voyage, de départ, la frontière entre ce qu’on laisse derrière soi, et ce qui nous attend, l’inconnu. Le fleuve m’aide dans cette démarche. Sa course vers la mer, immuable, intemporelle, continue et immobile à la fois, symbolise la vie. Cette notion de départ et de voyage est intégrée à celle de la mort : partir loin sur le fleuve ou la mer, “ c’est mourir un peu ”. Je veux parler de l’horizon. L’horizon devient la frontière entre ceux qui partent et ceux qui restent. Cette limite qui était notre confort, révèle notre fragilité. Pendant 7 jours je travaille avec la terre et l’eau, leur combinaison; dans la formation de cette terre originale je cherche à donner un but, une vie à ces éléments. Sous le regard des passants, je construis un corps, - mémoire d’empreintes laissées par d’autres - assis à l’intérieur d’une barque à cornet, sur l’eau, au quai Belu à Amiens. Le dimanche, au bout de ce travail de 7 jours fait avec les passants, au même endroit, la Somme, les festivités des hortillonnages font échos à ce retour à la terre, aux origines. Je veux parler du retour à la terre et à l’eau, à la mer. Mer-Mère-Renaissance. Je choisis de laisser ce corps en terre à la merci des intempéries qui vont l’aider à accomplir sa destinée. A la fin des festivités, l’installation ira se poser à la maison des Hortillonnages, sous le pont de Baraban à Amiens, où elle sera visible jusqu’au 30 juillet.

ENTRE TERRE ET EAU ou comment c’est de mourir un peu Quai Belu, Amiens 2009

"BETWEEN EARTH AND WATER OR HOW IT IS TO DIE A LITTLE” Through my work I want to talk about the journey of life. My work is about the fear of the unknown, the hope and the re-birth. Between earth and water. Between life and death. I want to exorcise any kind of travelling, of departure, to explore the border between what is left behind, and what is ahead, waiting, the unknown. The border between the visible and the invisible. The river helps me in this search. Its race to the sea, immutable, timeless, continuous and immobile at the same time, is a symbol of life. The idea of departure and voyage reaches the idea of death : parting away on the river or on the sea is “to die a little”. I want to talk about the horizon.The horizon becomes the border: for those leaving others are staying. The line that was our comfort, becomes our fragility. There is always the other side of the border. Somewhere or nowhere, the dream or the nightmare, it is about to go, or to let go. For a few days I am working with clay and water. Trough their combination, by creating the « original earth », I want to give a purpose, a life to these elements. I build a body – memory of others’ traces- sitting inside an old boat, on the water, in Amiens.
I want to talk about earth going back to earth and water to water, the sea : I choose to leave the installation to the rain and the sun to let it accomplish its destiny. Rosella Fida, 2009